Vous êtes ici : Accueil / BLOG / Afficher les éléments par tag : vacacionero
lundi, 06 novembre 2017
Publié dans PROJETS

"Il y a déjà plus de 50 jours que je suis revenu de ma meilleure expérience de ma vie. Il me semble très compliqué d'expliquer à mes amis, mes camarades de travail, ma famille, comment a été mon expérience quand on me demande :" Comment va l'Afrique ? je prendrais beaucoup de temps à donner la réponse à cette question.

Pour pouvoir expliquer mon expérience je dois remonter au 30 mai 2012 quand je suis allé recevoir ma compagne à l'aéroport de Madrid. Maitane revenait du voyage d'Afrikable après avoir été dans une île appelée Lamu durant un mois. Après avoir croisé les portes automatiques, je rappellerai toujours ses premiers mots après m'être vu : "Je dois revenir".

DPendant les cinq années suivantes, chaque fois que je devais organiser nos vacances, Maitane me disait toujours: "une autre année que je ne retourne pas à Afrikable, Visu l'année qui vient nous devons y aller ensemble oui ou oui eh ?".

Finalement, et après cinq ans "en résistant", j'ai décidé de réaliser le voyage avec elle dans cette île du Kenya où j’avais écouté des centaines d'histoires, de goûts, d'odeurs...

L'expérience inoubliable commence depuis l'instant que tu montes dans le bateau qui te portera jusqu'à l'île de Lamu. La voici, après simplement 5 minutes de trajet.

David y Maitane camino a Lamu

Après avoir marché sur Lamu, tu te rends compte de l'enchantement si spécial qu’elle fait. Pour aller jusqu'à Afrikable tes valises sont portées par l'ânesse inoubliable Pantoja.

La première excursion à pied du port jusqu’à la samba, tu te rends rapidement compte que l'île de Lamu te laissera une marque. Je me rappelle avoir salué à peine 25 minutes de chemin à plus de 100 personnes. Tout le monde avait le sourire au visage. Après être arrivé à la samba un troupeau d'enfants nous ont "attaqué" avec leur désir unique de te prendre dans les bras, de te donner des baisers de te toucher... conséquence: le premier moment de chair de poule.

Depuis le premier moment que j'ai croisé la porte d'Afrikable j'ai senti que Maitane m'avait trompé dans ses histoires de petite ONG et de parent. Ce que j’avais devant moi et j'ai pu profiter c'est un grand projet qui croît pas à pas, grain à grain. C’est à cela que nous avions apporté notre grain de sable.

Dans mon cas j’ai été à l'intérieur du département de l'école en aidant Madame Joice. Dans ma vie professionnelle je m'occupe de l'enseignement d'adultes et je n’avais jamais traité avec tant de "petits monstres" à la fois. Après 10 minutes je les avait déjà dominés avec une paire de "Sasa hapana, sasa school, na after we kucheza". Ce mélange de langues qui sort de la bouche de tous les volontaires depuis le premier, au bout de 3 jours, tu ne sais pas ni dans quelle tu parles quand le reste de compagnons te regardent avec un rare visage.

David en la escuelita

Le projet croît chaque jour, chaque heure, grâce à l'effort quotidien des femmes là-bas présentes. Un exemple de dépassement, de valeur, de courage. Chacune d'elles a une histoire que seulement, l'écouter, ébranle.

Comme tout le monde, nous laissons notre vie confortable pour aller contribuer. Je crois que j'ai mis ma graine de sable mais je dois admettre que je porte un sac entier en sable. Un sac qui m'accompagnera le reste de ma vie et que je porterai dans le cœur pour toujours.

Après cinq ans j'entends parfaitement les mots de Maitane. Maintenant c’est moi qui veux retourner.

David en la escuelita

Asante Sana.

Nakupenda Lamu.

Nakupenda Afrikable.

 

Auteur: David Martínez | Traducteur: Aimée Touvi

dimanche, 29 octobre 2017
Publié dans PROJETS

"Je peux déjà dire officiellement que j'appartiens au groupe de victimes par le " Mal de l'Afrique ". Loin de s’agir d'une maladie, cela consiste en état émotionnel que nous souffrons nous qui avons visité le continent et sentons la nécessité de revenir. Recommencer à ressentir, à sentir, à respirer, à contempler ses gens, leurs couleurs, leur musique, leur énergie, leur horizon, leur ciel et leur infinité de sensations qui t'attrapent dans un sentiment de vitalité et de la force que tu ne veux pas cesser d'expérimenter.

Testimonio_Maitane_BEFORE_and_AFTER

Et tout grâce à toi Afrikable. Un petit projet que j'ai connu il y a 5 ans en naviguant sur le réseau à la recherche de moi-même bien que, 5 ans après je ne puisse plus déjà parler de toi comme d’un petit projet. Je t'ai connu comme une famille humble avec beaucoup de défis en perspectif et j'ai eu le privilège de compter sur la perspective des années pour voir comment tu t'es converti.

La maison modeste d'alors se nommait "Alipenda" la première à donner une protection à un projet si ambitieux. en elle se passaient toutes les activités: l'atelier des femmes, l’école des petits, la zone de bébés, la cuisine, l'espace des volontaires et le bureau des fondatrices et de la coordinatrice. L'idée d'un terrain (une Shamba) dans lequel pouvoir développer toute l'espérance et rêves d'Afrikable était une vision audacieuse d'avenir. Et cependant vous y êtes, plus déterminées que jamais après quelques obstacles, difficultés et frustrations qui ne pourraient jamais dépassé beaucoup de moments de joie, de dépassement et des réalisations accomplies.

Il a été pesant de revenir au même lieu et vivre dans une première ligne tout que vous avez réussi et prospéré. Un terrain qui accueille diverses constructions; l'atelier de couture avec des nouvelles machines, l'atelier de chaussure, un magasin, d'un grand bureau pour la direction du projet, de 2 écoles infantiles, l'espace bébés, une salle à manger qui approvisionne plus de 100 enfants, la Maternity Home (probablement une des plus grandes échantillons où tout est possible), un grand jardin qui symbolise comment même dans les lieux les plus inhospitaliers avec beaucoup d'effort et affection tout peut croître et un espace accueillant pour les volontaires. Maintenant plus que je n'ai jamais senti ce qu'Afrikable signifie; l'Afrique est possible.

Maitane con Rukija

Dans cette deuxième expérience on mettrait en évidence la leçon de dépassement, de force et d’autonomisation reçue de la part de chacune des femmes qui forment le projet. Ses histoires façonnent un équipage sévère avec lequel affrontent au jour le jour et ne cesse de surprendre la force et l’envie avec laquelle on le fait. L'une des tâches que j’ai réalisée a été celle-là de descendre tous les matins au magasin d'Afrikable au village (Lamu), où Mariam Ramadhan se trouvait et à commencer le jour en pensant à son sourire dès qu’elle me verra apparaître par la porte faisait que la chaleur et la longue marche de demi-heure sur du sable pour arriver à elles se dissipaient "Hakuna Matata" (il n'y a pas de problème).

Maitane con Mariam Ramadhan

Je ferme un chapitre de ma vie avec la certitude de ce que je recommencerai à me croiser dans les vies des femmes et des enfants d'Afrikable, tout compte fait, il n'y a pas deux sans trois. Je reviendrai pour voir de première main comment a crû chaque graine que vous avez plantée, pour voir comment les femmes ont continué de conquérir leur indépendance et les enfants ont grandi avec les outils que vous mettez à leur portée.

Asante Sana (merci beaucoup) aux braves et combatives femmes, aux vitales et forts garçons et filles, à chacun des membres qui faites las grande famille Afrikable pour nous ouvrir les portes de votre foyer, pour nous ouvrir les yeux et nous montrer ce qui est essentiel à la vie et, en définitif, pour nus ouvrir vos coeurs. Encore une autre fois, je l'ai essayé mais je n'ai pu pas donner davantage de ce que j'ai pris.

Maitane en el poblado Orma

 

Auteur: Maitane | Traducteur: Aimée Touvi

samedi, 07 octobre 2017
Publié dans PROJETS

Et c’est à nous !

Nous avons pensé que nous avons gagné une vacance solidaire dans lesquelles nous irions aider des personnes nécessitées de LAMU, en donnant notre apport "occidentale du développement", mais seulement quand nous avons frôlé le sol de l’île, ils nous ont fait comprendre que l’aide était mutuelle.

Commençons depuis le début...

Après avoir confirmé qu’il nous restait de place pour le mois de septembre, rapidement nous avons commencé à nous faire l’idée que cette année ne pourrait être possible malgré qu’on avait épargné l’argent disponible pour l’événement que depuis 2 ans nous aimerions vivre, être des vacanciers d’Afrikable! Dommage… des autres camarades nous avaient devancés et il faut respecter l’ordre d’arrivée. Afrikable a décidé de lancer un tirage au sort dans l’achat des papiers pour aider à la financiation de la “Maternity Home”, un projet ambitieux qui offrira aux femmes la capacité de contrôler leur grossesses et d’accoucher dans des bonnes conditions, peu communes dans la zone. Nous avons décidé d’aider avec l’achat et la diffusion des papiers. Le 30 mars se réalise le tirage au sort. Mon emploi du temps est de 14:00 à 22 :00, de manière que la premiere chose que je ferrai sera reviser les papiers du tirage à sort. Ça ne m’a pas donné du temps. Lola m’a déjà écrit pour me féliciter… Pour mon anniversaire ! Oui, le 30 mars est mon anniversaire ! Je la remercie et elle m’appelle...

Lola : Alejandro, félicitations pour ton anniversaire!

Moi : Merci, Lola ! Tu me trouves à la sortie du travail... je ne suis pas sortie encore par la porte.

Lola : Je t’appele pour te féliciter par ton anniversaire et pour le tirage à sort !!! Tu as gagné !

Moi :

Oui, je suis sans mot… une nervosité incontrôlable a parcouru mon corps en question de quelques fragments de secondes sans pouvoir rien faire sauf se divertir. C´était un jour unique, que jamais je n’oublierai. Rapidement j’ai appelé mon frère et nous avons commencé à penser dans mon expérience merveilleuse que nous allons vivre. On a gagné une vacance solidaire !!!

Quelques mois plus tard nous sommes arrivé à Lamu, depuis là où je vous écris. Depuis que tu es en l’air tu sentiras que l’île a quelque chose… et quand tu atterris tu vas confirmer que rien n’est pareil à ce que tu as vécu antérieurement. Voyage de l’aéroport à l’île en bateau de bois et avec des personnes qui ne cessent pas de rire. De l’autre côté les coordinatrices nous attendent avec joie et enthousiasme, ce qui te fait confirmer que cela a l’air d’être inoubliable. Le village regorge vie et joie et insistent en ce que nous nous sentons accueillis et les mots « Jambo Karibu » (Bonjour, bonne arrivée) seront une constante durant tout le séjour, accompagnées toujours des sourires éblouissant crées pour le contraste avec la couleur de la peau.

Nous sommes arrivées dans les installations où Afrikable développe son projet. Joie et harmonie se respirent dans l’ambiance. Une grande équipe de couture formée par les femmes pleines de vie et regard de satisfaction quand des gens visitent leur lieu de travail. Un atelier de chaussure où se confectionnent les sandales qui se revendent dans le commerce équitable dans de differents endroits. Tout est fait dans une grande attention qui fait que sa qualité soit appréciée par le public occidental. Crèches pour bébés, ce qui est fondamental dans le projet. École maternelle, pilier de la société et où Afrikable veut réaliser un travail profond et avec soin. L’alimentation correcte, le soin d’hygiène personnel, la santé, apprendre à lire et écrire, apprendre l’anglais, croire en un monde meilleur, lutter pour améliorer et non se conformer avec ce qui est déjà établi et surtout qu’elles se sentent aimées et bien valorisées. Et le nouveau bijou de la couronne, la « Maternity Home » c’est déjà une réalité! Les travaux étaient très bien avancés. La batiment se voit déjà, ça a une forme et deux jours avnt on aa fini de mettre le toit. Mes papiers et tous ces des autres collaborateurs étaient appréciés en chaque pierre. Encore il y a du travail à faire et il reste à trouver le financement mais tout va dans la bonne direction.

On nous a assigné vite le travail dans lequel nous nous collaborons, nous tous qui étaient arrivés dans le même période. D’après quelques jours nous tous nous avions la même sensation, nous nous ne sentions pas très utiles… « seulement je vais au marché faire les achats », « je ne fair que prendre des bébés dans les bras toute la matinée », « je ne fais que coudre et coller des semelles de sandales »… nous avions tous la sensation de qu’on est venu changer le monde, on se senatit avec des energies pour améliorer tout Lamu en 3 semaines !!! Après avoir reflechi quelques minutes, je commence par me rendre compte qu’à cause de nos envies d’être utiles et ambitieux, on ne se rendait pas compte que grace à nous toutes les autres choses bougaient, que les mères pouvaient travailler car on prenait soigne de leurs bébés, que les enfants étaient en train d’apprendre l’anglais grace aux jeux que les vacanciers preparaient pour eux, que les enfants mangeaient grâce a que la personne chargée des achats allait chaque jour au marché, que les personnes pouvaient bien travailler dans des installations optimes grâce au bon travail des chargés de l’entretien. Et j’ai commencé par sourire ! Je me suis senti très utile et j’était en train de changer le monde ! C’est juste ce que j’étais venir faire ! C’était merveilleux !.

Alejando en el mercado y con los bebés

Les jours se sont passés vite. On dédie la matinée à collaborer et les après-midi à explorer l’île et ses alentours, se rejouissant des plages charmantes, juices naturels inoubliables, des promenades en bateau et quelque bière dans un bar flottant qui attire l’attentiopn de tous les visiteurs. Les week-end on les dédie pour faire des excursions plus importantes comme des safaris ou des séjours dans des îles vierges qui demandent un jour entier.

Alejando de safari en el Parque Nacional de Tsavo

J’ai bien aimé l’Afrique et je ressens qu’avec Afrikable je l’ai mieux comprise. Je suis entré avec une certaine profondité dand la réalité de la société de Lamu. Maintenant je comprends ces fois-là quand on m’a dit que l’Afrique ne laisse indiferent personne. Aijopurd’hui, je ne suis pas capable de donner un jugement ou une opinion plus ou moins approfondie d’Afrique et je ne pas d’attentes de que je puisse le faire que dans quelques mois, quand j’aurai intérioriosé et assimilé tout un peu mieux. Afrikable et le tirage à sort m’ont permis vivre une expérience unique, connaître un monde different, valoriser des elements que j’avais déjà oubliés et, surtoit, laisser quelque chose pour un mieux Lamu. J’améne avec moi des amis, des souvenirs, des experiences, des photos, pris avec la machine ou celles que jamais vont s’effacer de ma tête, de la nature et beaucoup d’Afrique avec moi.

Nous vous disons au-revoir, des vacanciers qui auront toujours dans le cœur à Afrikable, le pouvoir de ses femmes et les espoirs mises aux nouvelles générations africaines.

Alejandro et Pablo Martín

Despedida de Alejando y Pablo Martín

 

Auteurs: Alejandro Martín | Traducteur: Aimée Touvi

mardi, 13 octobre 2015
Publié dans PROMOTION

Première raison- Participe de la vie

Voyager surprend, nous enrichit, nous fait développer comme personne et, surtout, ça nous engage, et beaucoup. Une fois nous commençons à connaître, nous ne voulons pas nous arrêter parce que chaque route, chaque destinée active la machine des sentiments et quand tu travailles a plein rendement un sourire apparaît dans notre visage, eh !

Que vous parait si, de plus de connaître les destinées vous aviez la chance de connaitre leurs gens ? Approfondir dans la réalité du sol que nous touchons et ne pas rester dans le simple parcours touristique. Nous donner un temps pour s’asseoir à parler avec les gens du milieu, croiser un regard, connaître leurs intérêts, leurs soucis, leurs habitudes, leur culture, donner une option de qu’ils nous connaissent… En définitive participer de la vie. Nous nous émotionnons et sans vouloir nous avons déjà donné la première raison pour laquelle choisir unes Vacances Solidaires en Afrikable ;-)

Deuxième raison- De connaître à comprendre

Si de plus de connaitre une réalité différente et vivre avec ses gens, il nous surgie l’option d’entrer dans un projet de coopération international, voir son fonctionnement de dedans, connaître les personnes qui le font réalité, coïncider avec d’autres personnes avec nos même inquiétudes… Le panorama ressemble à beaucoup de conversations comme celles qui voient passer les aiguilles d’une montre. Des réflexions qui nous enrichissent et qui nous aident à comprendre un peu plus cette réalité dont on parlait, parce qu’il ne consiste seulement à connaître, avec unes vacances solidaires tu peux faire un pas plus et tu peux arriver à comprendre. Parce que tu appuieras un projet et seras partie de ceci.

Une expérience participative et compromettante en que apporter ton grain de sable durant les vacances solidaires et, au retour, quand tu auras l’opportunité de partager avec ton entourage et te convertir en les yeux qui n’ont encore eu l’opportunité de vivre cette riche expérience. Ton voyage au Nord continue pour atteindre des changements au Sud.

Troisième raison- Réveille la capacité de surprise

Unes vacances solidaires sont l’antidote parfait pour ceux qui pensent avoir perdu sa capacité de surprise. Comme vacancier d’Afrikable, depuis que tu ouvres les yeux le matin jusqu’à ce que tu les fermes la nuit c’est un moment pour partager, pour apprendre, collaborer, pour vivre une expérience entourée de sourires. Il est toujours un bon moment pour s’émouvoir et se rendre joyeux d’avoir décidé que cet année tes vacances seront solidaires. Un voyage avec date de commencement mas sans date de finition.

Tu veux te surprendre aussi ?  Ici on t’explique comment y participer.

Auteur: Estefanía Vera | Traducteur: Aimée Touvi

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

À PROPOS D'AFRIKABLE

Afrikable est une organisation à but non lucratif, inscrite au registre national des associations (numéro 1/1/594088) et au registre des organisations non gouvernementales de développement de l’Agence espagnole de coopération internationale au développement (AECID) (numéro 2033).

 

Au Kenya notre association s’appelle Afrika Able Organization et est inscrite au NGO Coordination Board du Kenya (numéro 10976).

OÙ SOMMES-NOUS

  • Lamu, Kenya.
    Madrid, Espagne
  • +34 605 722 162

SUIVEZ-NOUS SUR