Vous êtes ici : Accueil / BLOG
lundi, 27 juin 2016
Publié dans PROJETS
Écrit par

Pour raison de la celebration de la journée d’Afrique, le programme Tres Mundos, Solidaridad de Radio 5 RNE, a tenu une interview avec Lola Serra, cofondatrice d’Afrikable pour partager avec ses écouteurs le travail que nous réalisons dans notre projet à Lamu pour habiliter la femme.

Nous le remercions pour l’intérêt porté à notre projet et nous espérons que cela vous plaît.

 

 

Cliquez ici, si vous voulez entendre le programme complet, qui répond également à une autre ONG espagnole qui développe son travail en Ethiopie.

 

Traducteur: Aimée Touvi

mardi, 21 juin 2016
Publié dans PROJETS
Écrit par

Moritet était une fille qui marque ta vie sans le prétendre. Arrivé à Afrikable en 2010 depuis Amboseli, dans la main de sa tante Joyce, dans un très mal état, elle souffrait d’une maladie très grave qui demande un traitement continue et beaucoup de control médical. À Lamu, elle rencontre une nouvelle vie, une vie de petite fille, qui était ce qu’elle méritait. À Afrikable, elle a fait l’école infantile, ce qui donne qu’elle est très intelligent et l’année suivante elle était prêtre pour rentrer à l’école primaire. Toujours elle est la première de la classe et chaque fois ça lui fait honte si nous la félicitons. Elle est très timide et tu auras envie de la manger de bisous et des chatouillements.

Moritet y Maka

À Afrikable, elle recevait une alimentation adéquate ensemble avec les soins médicaux de l’Hôpital de la Fondation Pablo Horstman, qui a fait que Moritet a vite repris sa santé et sa maladie était en bas de control, jouait avec les enfants et laissant sa vie prématuré d’adulte et de souffrance.

Très responsable qu’elle est, avec à peine 10 ans, elle tenait ses propres contrôles de médication et ses visites médicales. Avec sa maturité, nous l’avons expliqué la gravité de sa maladie depuis le début et nous avons établi avec elle le protocole sur comment elle devait se comporter à chaque situation. Grandie à Afrikable, gagnant avec sa timidité une dizaine de cœurs qu’à l’heure actuelle étaient cassés avec sa perte.

À chaque moment la famillede Moritet à Amboseli la reclame pour qu’elle retourne chez sa maman. La famille a besoin d’argent pour survivre, le papa de Moritet aussi était décédé et ils étaient en une situation très délicate. Ils ont besoin que la fille retourne à Amboseli pour qu’elle puisse travailler à l’économie familiale. Depuis Afrikable nous offrions des travaux à sa mère dans le projet mais elle était renvoyée par des raisons de santé (elle était probablement malade, comme sa propre Moritet). Pour cela, on s’est décidé à appuyer économiquement la famille à distance pour que Moritet puisse rester à Lamu et pouvoir tenir une vie digne. Une vie.

Moiae

Cela fait peu de temps moins d’un an, que sa tante s’est retourné à Amboseli pour accoucher son deuxième enfant. Le premier Moiae, décédé avec une semaine de vie à l’hôpital de district de Lamu. Pour cela, pour la naissance de son deuxième enfant, elle fuit retourné à Amboseli, elle n’était pas confiante et avec des raisons à l’assistance sanitaire de Lamu. Il n’y a pas un lieu sûr pour accoucher à Lamu, c’est pourquoi les femmes préfèrent accoucher à la maison souffrant des risques et parfois fatales comme ce fut le cas du petit Moiae.

Moritet était retourné avec elle et nous étions au courant que sa santé s’est aggravée. Nous avons tenté par tous les moyens distincts qu’elle puisse rester mais on n’a pas pu et finalement elle a décidé retourné chez sa famille à Amboseli pendant que sa tante accouche. L’accouchement était bien et Joyce a donné une fille précieuse mais elle souffrait d’une dépression terrible après accouchement ce qui a fait qu’elle était tout le temps au lit. La famille de Joyce l’amenait à tous les médecins à la portée. Ils ont même voyage à la Tanzanie. Petit à petit, elle récupère la santé et tout dernièrement elle était presque récupérée. Malheureusement, elle a encore perdu son bébé, cette fois-ci c’est une pneumonie qui l’a pris.

Pendant que Morinet était à Amboseli, probablement sans médicament, sans une alimentation adéquate, sans aller au collège, jusqu’à qu’elle aussi, son corps ne le support pas, a décidé repartir sans nous donner la dernière force pour elle et ici nous laissé désolés et déchiquetés…

C’est une histoire tragique, malgré que l’histoire de Moritet avec autres noms, autres figures, autres maladies et autres familles se répète beaucoup parfois à Lamu, au Kenya, en Afrique. Et ce n’est pas juste. C’est terriblement injuste. Et c’est pour cela que le départ de Moritet nous donne plus de force pour continuer à lutter à changer ce monde depuis notre petit projet de l’île de Lamu, mais c’est grand pour plusieurs familles.

Moritet y Lola

Au-revoir, mpendeza, ma petite Moritet. Depuis là où tu es donne nous la force pour continuer en avant pour améliorer la condition de vie des autres enfants et femmes, même si ça ne sera pas toi. Nous t’aimons et jamais no ne t’oublierons.Moritet y Naim

 

 

 

 

 

 

 

Auteur: Lola Serra | Traducteur: Aimée Touvi

dimanche, 19 juin 2016
Publié dans PROMOTION
Écrit par

Le vendredi passé, j’avais fait une visite au collège public « María Doña de los Palacios », à Sevilla.

Le motif de ma visite était de raconter aux élèves de 4ème et 5ème de Primaire mon expérience au Kenya et spécialement à Afrikable.

L’année passée j’avais la chance de connaître à cette grande famille que habite à l’île de Lamu, Kenya, c’était une de mes meilleures expériences de la vie et, bien sûr, cela a changé la forme d’affronter les choses pour toujours pour cela que j’ai compris que c’est très important d’essayer de transmettre ce que j’ai appris.

Ana charla cole 01

J’ai commencé à leur raconter mon expérience au Masai Mara, vu que tous les enfants aiment les animaux et sont impressionnés par l’Afrique. Être proche d’un lion ou d’un éléphant en liberté. Nous, nous avons perdu l’habitude de cohabiter avec les animaux sauvages et les connaître, c’est un privilège que si tu veux tu peux vivre dans ce grand pays.

Ana charla cole 02

Après je les ai parlé d’Afrikable, de comment et pourquoi est survenu ce merveilleux projet. Je leur ai enseigné la photo des femmes qui travaillaient. Ils sont impressionnés par la couleur de ces femmes, de ces robes et tissus de mille couleurs mais parfaitement conjoint, de leur élégance et de leur beauté.

Les impressionne beaucoup que leur bébé était là avec elles, ici en Espagne nous avons perdu aussi cette tradition de concilier le travail et s’occuper du bébé. Là, cependant, je leur raconte comment s’organisent parfaitement pour aller s’aider entre elles et pouvoir travailler depuis 8h du matin jusqu’à 17h du soir sans être vacant de ses enfants.

Ana charla cole 03

Aussi ils ont aimé voir l’école bien différente des écoles espagnoles en infrastructures mais qui se ressemblent beaucoup dans le contenu.

Ana charla cole 04

J’avais la chance de faire le même quand j’étais de vacances en Afrikable et parler aux enfants espagnols. Pour cela, j’ai pu comparer ce que les intéressait aux enfants de chaque milieu.

Là-bas, tous me posaient la question de quoi ils mangeaient, quels fruits avaient et quoi ils jouaient, quel temps il y avait. Cependant en Espagne ils me posaient la question s’ils avaient des portables, du tablette ou ordinateur.

Malgré cela, ils m’écoutaient durant plus d’une heure et demie avec visage assombri et mille questions.

Ana charla cole 05

Je ne sais pas si en ce moment-là, j’ai pu transmettre mon expérience par ce que comme l’a bien dit Marta, notre coordinatrice, malgré qu’en dehors beaucoup de choses s’y passent dedans passe tout.

J’ai tenté de leur transmettre la joie, le sourire pour qu’ils prennent tous, les bonjours du matin, l’illusion des enfants avec chaque activité que je faisais avec eux et le bonheur que j’ai ramené.

J’espère que le message les a parvenus et que d’une autre forme ils s’unissent à cette grande famille.

Asante Sana.

 

Auteur: Ana Fernández Quiroga | Traducteur: Aimée Touvi

mercredi, 25 mai 2016
Publié dans PROMOTION
Écrit par

Paqui Cabeza, volontaire du programme de vacances solidaires donne une discussion dans l’IES (Institut d’Enseignement Secondaire) «Sevilla Este» pour partager son expérience sur comment les vacances d’Afrikable se passent.

 

"Le 18 mars passé était l’occasion de donner une discussion dans l’IES « Sevilla Este» pour partager mon expérience dans le programme de « Vacances Solidaires » avec les élèves du secondaire.

L’opportunité surgit à travers Inma, sa professeur de Philosophie qui m’a invité et je suis enchanté de pouvoir transmettre un petit morceau de ce que j’ai senti et vécu lors de mon séjour à Lamu. Les filles et les garçons se sont montré très intéressés, en plus durant le cours pour le valeur de la solidarité et pour mieux exemple qui est Afrikable pour mettre son visage, son sentiment et forme de ses petits gestes de solidarité qui s’est converti en authentique changement pour ces personnes.

Les élèves sont impressionnés par le travail que les femmes réalisent et la force qu’elles transmettent et s’intéressent de leur condition de vie, de leurs familles posent des questions sur le commerce équitable, comment c’est l’île, comment ils s’alimentent et plusieurs questions de plus.

Pour moi, c’était très émouvant de se rappeler d’une des meilleures expériences de ma vie et de pouvoir mettre un exemple d’un projet social que j’avais eu à participer. Les approcher à la réalité des femmes et des enfants d’Afrikable a été très enrichissant et les montrer que autre monde et autre forme de faire les choses est possible.

J’espère contribuer, malgré que ce soit un minimum, pour qu’ils s’encouragent à collaborer dans quelques activités dans sa communauté. Je suis sûre que quelque chose est déjà faite"

 

Pour plus d'informations sur la conférence, vous pouvez visiter le blog dans l'Institut.

 

Paqui charla cole 01

 

Paqui charla cole 02

 

Paqui charla cole 03

 

Paqui charla cole 04

Traducteur: Aimée Touvi

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

À PROPOS D'AFRIKABLE

Afrikable est une organisation à but non lucratif, inscrite au registre national des associations (numéro 1/1/594088) et au registre des organisations non gouvernementales de développement de l’Agence espagnole de coopération internationale au développement (AECID) (numéro 2033).

 

Au Kenya notre association s’appelle Afrika Able Organization et est inscrite au NGO Coordination Board du Kenya (numéro 10976).

OÙ SOMMES-NOUS

  • Lamu, Kenya.
    Madrid, Espagne
  • +34 605 722 162

SUIVEZ-NOUS SUR