Vous êtes ici : Accueil / VACANCES SOLIDAIRES / TÉMOIGNAGES

TÉMOIGNAGES VACANCES SOLIDAIRES

testimonio vacacionera Begoña MetolaBEGOÑA METOLA. Vacancière Decembre 2015.

« On me demande que je raconte mon séjour à LAMU et ce que je peux dire est que je suis allée avec ma fille Beatriz, ce qu’en soi est un point important de convivialité. Mais avant tout, je n’oublierai jamais ce que j’ai vécu là, je ne peux pas m’empêcher de penser même un seul jour à ce que j’ai vu et senti.

Je ne donnais rien et je recevais tout. On arrivait à la SHAMBA et seulement les regards reconnaissants et les sourires avec lesquelles ces femmes nous recevaient chaque jour valaient la peine. Et j’ai dit que je ne donnais rien, et elles me donnaient leurs enfants, le bien le plus précieux qu’une MÈRE a.

Ces enfants couraient dans nos bras afin de nous donner un bisou, une sourire, une accolade ou simplement pour qu’on jouât avec eux.

Et quoi pourrait je dire du groupe des vacanciers qui étions là ? Je pouvais être la mère de l'un quelconque d'entre eux, mais je me sentais faisant partie du groupe et on a ainsi devenu des bons amis.

On m’a demandé aussi comment pouvais –je me communiquer avec eux si je ne parle pas anglais et, encore moins, swahili, mais je crois que la langue de l’Amour et l’Affection est la plus importante ».

 


 

testimonio-lidia-jimenoLIDIA JIMENO. Bénévole coordinatrice du programme vacances solidaires 2015.

« " Je ne veux pas partir. " C’est la phrase que j’ai le plus entendue pendant cette année et elle résume parfaitement ce que l’on ressent quand l’on a vécu l’expérience d’Afrikable comme volontaire. Cette expérience vous change et vous fait sentir que vous en voulez plus. Mais comment pourrions-nous ne plus vouloir de cette famille de femmes courageuses ? Plus de baisers comme ceux des grand-mères…ceux qui sonnent et vous font rire comme des petites filles, plus de sourires qui font rider les yeux, plus de câlins qui traversent la peau, plus de regards complices et profonds qui dissent : « nous sommes ensemble et nous pouvons le faire. »

Je n’aurais jamais imaginé qu’en septembre 2014, pendant que je préparais mon sac à dos pour connaître Afrikable comme volontaire, ma vie allait changer, j’allais recevoir beaucoup d’amour, j’allais ressentir trop de bonheur et j’allais rencontrer beaucoup de gens merveilleuses.

Aujourd’hui, le 20 Janvier 2016, c’est à moi de dire « je ne veux pas partir » et c’est mon tour de dire au revoir à ma famille de Lamu, à mes amies et camarades Orma, Giriama, Maasai, Swahili, Pokomo… Toutes différentes mais toutes unies, courageuses, lutteuses, féminines, mères, travailleuses et des femmes qui font certainement la différence chez elles en créant un futur nouveau pour ses enfants et pour elles-mêmes.

Je ne sais pas comment remercier tout ce que j’ai reçu cette année. Je n’ai pas de mots. Je peux seulement dire MERCI, Merche et Lola, pour l’opportunité et la confiance que vous avez eue en nous, merci d’être nos amies et camarades en plus d’être nos « chefs ». MERCI, l’équipe d’Afrikable, pour l’engagement et l’effort depuis l’Espagne pour que tout cela fonctionne. MERCI aux volontaires qui investissent leurs vacances pour collaborer avec nous et qui partent en disant « je ne veux pas partir », car cette phrase signifie qu’ils ont connu le vrai Afrikable. MERCI aux femmes et aux enfants d’Afrikable de m’avoir rendue aussi heureuse et pour tout ce que vous m’avez donné. MERCI, Esther, ma coordinatrice de l’année passée, qui a su me transmettre son amour pour ce projet. MERCI, Cristina et Ana, d’être aussi courageuses et d’avoir pris une des décisions les plus importantes de vos vies. Vous n’allez jamais le regretter et vous allez le faire génial ! Et un grand MERCI à Marta qui maintenant est ma petite sœur (mon père ne le sait pas encore mais il a maintenant 6 filles). Marta, merci d’exister et de m’avoir offert toute l’affection que tu portes à l’intérieur.

« Je ne veux pas partir » et je ne partirai pas parce que nous sommes toutes dans le même bateau.

Mille mercis à l’équipe et bonne chance dans votre aventure à Lamu. Prendre soin de notre famille est votre mission :) ».

 


 

testimonio-marta-herediaMARTA HEREDIA. Bénévole coordinatrice du programme vacances solidaires 2015.

"Nos jours ici arrivent à sa fin et, comme vous le savez, le bilan ne peut pas être meilleur. Comme Merche dit, nous avons rit (jusqu’à pleurer) et nous avons pleuré (jusqu’à rire) mais, surtout, nous avons été profondément heureuses et nous sommes fières et reconnaissantes. Pour le travail fait, pour tout ce que nous avons reçu qui ne peut pas être décrit avec des mots, pour faire partie de cette famille, pour les gens formidables qui ont croisé nos chemins, pour tout ce que nous avons appris…pour tout. Merci pour tout, Lola et Merche. Je ne peux rien vous dire de plus. Merci à l’équipe pour le bon travail en Espagne. Merci aux femmes et aux enfants pour chaque sourire et chaque câlin. Et, si je peux me permettre, merci à ma sœur Lidia d’avoir été la meilleure compagne de voyage : tu as fait de cette expérience une expérience exquise.

Et maintenant c’est le tour de Cris et Ana, vous allez faire un bon travail ! Il y aura des bons moments, des mauvais moments et des moments moyens, mais ça en vaut la peine. Vous êtes amoureuses de cela et c’est le meilleur point de départ pour le bon travail que vous allez faire. J’espère que vous profitez de chaque seconde ici.

Et bien, après ce baratin, je souhaite que ce ne soit qu’un au revoir et que nous puissions continuer à travailler tous ensemble. Une forte accolade à vous !".

 


 

testimonio-cristina-sanchezCRISTINA SÁNCHEZ. Vacancière Septembre 2015.

"Quand je suis arrivée à Lamu et que mes pieds ont touché le sable de la shamba, et j’ai entendu : « jambo, jambo ! » et que j’ai vu la dimension de la générosité de l’être humain, j’ai compris ce qui importe réellement dans la vie. Je me suis sentie comme la personne la plus insignifiante de la planète. J’ai compris que je devais abattre les murs de peurs et d’excuses que j’avais, qui ne nous laissent pas voir la réalité du monde. Un monde où existent des personnes merveilleuses, de l’affection, de la bonté, de la solidarité, du sacrifice, de la compréhension, de la survie pour la vie et, surtout, du respect et de l’amour vers les autres. Pour moi, ce monde s’appelle Lamu, un lieu où l’on m’a appris la valeur de la vie, où le sourire est son drapeau. La seule chose que je peux dire est : « Asante, asante, asante sana ! We we ni katika moyo wangu » (vous êtes dans mon coeur).

Je veux vous remercier pour cette opportunité de vivre une expérience où j’ai rencontré des gens merveilleux, où chaque femme du projet (Fatuma, Maryam, Swafia, Grace, Joyce…) te font tomber amoureuse chaque jour de ses sourires et de ses envies d’apprendre et de réussir. C’est une leçon de vie. Et quoi dire des enfants : Salim, Omar, Ali, Said, Sahara, Lolita… Incroyable et inoubliable. Asante sana !"

 


 

testimonio-amparo-lucenaAMPARO LUCENA. Vacancière Septembre 2015.

"Je ne suis pas douée pour écrire mais je vais essayer de transmettre tout ce que ces vacances ont représenté pour moi. Je commencerai en disant qu’elles ont réellement dépassé mes expectatives. Quand j’allais sortir de l’Espagne, je savais déjà à quoi consistait le projet mais après être là-bas, j’ai pu comprendre les besoins réelles des femmes et de ses familles et maintenant je crois absolument au projet et je peux dire que vous avez tout mon soutien.

La relation avec les femmes et, spécialement dans mon cas, avec ses fils, a été incroyable. Je ne pourrai pas oublier les sourires des enfants et ses câlins, peu importe le temps qui passe. Cet après-midi-là dans le village quand les femmes nous ont ouvert les portes de ses maisons, quand on a partagé des danses, des rires, du thé et des petits gâteaux…on s’est senti si accueilli par eux qu’on n’a pas pu s’empêcher de pleurer. C’est difficile d’expliquer ce que l’on a senti à ce moment-là. C’est peut être l’un des moments les plus intenses que je n’ai jamais vécu là-bas, merveilleux et inoubliable.

Il faut ajouter à tout ça le fait d’avoir rencontré des personnes merveilleuses dans le groupe. Les vacanciers et les deux coordinatrices, Marta et Lidia, ont été depuis le début comme nous mais sans jamais oublier l’exercice de ses fonctions sans lesquelles rien n’aurait été le même. Ma petite famille à Lamu. Car, comme vous bien le dites, on ne peut pas oublier qu’on est ici en vacances et, à cet égard, je peux dire que ces vacances ont été les meilleures de ma vie. Le sourire est encore présent sur ma bouche ; c’est certainement pour une raison."

 


 

testimonio-carlos-meanaCARLOS MEANA. Vacancier Août 2015.

"À mon âge, 62 ans, cela a été une expérience merveilleuse, quelque chose que j’aurais dû faire bien avant que ça. Cela a été un mois sans aucune préoccupation, plein de tranquillité et de bonheur. Le travail a été très gratifiant et le contact avec les femmes et les enfants, incroyable. Dans un mois j’ai appris et compris beaucoup de choses.

Je n’avais jamais eu de vacances aussi intenses et aussi bien profitées. En plus, je n’avais jamais aussi bien dormi. On dormait bien, se levait, déjeunait et allait à la shamba. Là-bas il n’y avait que des sourires et personne ne se plaignait. On ne regardait pas la montre et, sans même pas se rendre compte, il était déjà l’heure du repas. Le soir on rentrait et il restait encore une promenade très agréable à faire dans la ville, le bord de la mer, le Hapa Hapa et le Floating. Il ne restait que d’aller dormir paisiblement jusqu’au jour suivant. Tout cela sans oublier les plages, les promenades en barque, etc.

Merci beaucoup, Afrikable. C’est dommage que ça soit déjà fini."

 


 

testimonio-alicia-lorcaALICIA LORCA. Vacancière Août 2015.

"Mon séjour à Lamu à été, jusqu’au présent, l’expérience la plus merveilleuse que je n’ai jamais vécue ! Et ce n’est pas parce que j’ai été dans un lieu paradisiaque avec des plages spectaculaires et entourée de beauté de partout, mais parce que j’ai eu la grande chance de partager des rires, des éclats de rire, des regards complices, des câlins, des bisous, des larmes qu’étaient prêtes à sortir de mes yeux et des larmes qui en sortaient à gros bouillons, avec un groupe de femmes très admirables et avec un groupe d’enfants qui m’ont donné beaucoup d’affection et de tendresse sans me connaître à peine.

Je porte dans mon cœur chacun d’entre eux pour toujours et je sens qu’un petit morceau de moi est resté à Lamu auprès d’eux. Je ne peux pas éviter de mentionner en particulier à mon petit Abubakar qui courait chaque matin pour que j’aille après lui ; quand on chantait Malaika ensemble (même si on ne chantait que le refrain puisqu’on ne connaissait pas le reste ☺), quand il pleurait et je le prenait dans mes bras pour le consoler et après j’essayais de le rendre le sourire… tous et chacun de ces moments son gravés en lettres de feu en moi!

J’espère pouvoir y retourner un jour pour voir comment mes bouts-de-chou ont grandi et voir que les plus grands ont réussi à étudier et à réaliser leurs rêves. Et, en dernier, je voudrais remercier de tout mon cœur la famille Afrikable pour m’avoir donné l’opportunité de vivre ce que j’ai vécu pendant ce mois-ci !"

 


 

testimonio-cova-diazCOVA DIAZ. Vacancière Août 2015.

"Depuis que je suis arrivée à Madrid, tout ce que je dis c’est un cliché : ma vie a changé, les gens de là-bas sont merveilleux, j’ai beaucoup appris… Mais le truc c’est que je ne trouve pas d’autre manière pour décrire cela. Dans ma tête je n’ai que de fragments des moment que je n’oublierai jamais : Seremon en train de rire, Abdul Cade en train de dormir, Larasha en train de dessiner, Zeinab en train de chanter, l’odeur des pommes de terres cuites de Fatuma, les éclats de rire de Hawa et Halima, les cils d’Abu Bakar, le regard de Mohammed, les plongeons avec les gamins à Coconut Beach, les danses au village d’Orma, les blagues de Flora, Husseini en train de me serrer dans ses bras, Ali et Suleiman en train de faire des espiègleries, la beauté de Marian et de Nashra, la bonté de Mumina et de Zahara...

Ils m’ont autant appris que je n’ai pas pu l’assimiler encore. La seule chose sûre c’est que j’ai été entièrement heureuse. Et je le suis encore. J’y retournerai, c’est clair et net. J’ai fait une promesse à Rahima"

 


 

testimonio-claudia-postigoCLAUDIA POSTIGO. Vacancière Juillet 2015.

"Et ainsi soudain, un mois est déjà passé, je suis déjà de nouveau à la maison… en défaisant la valise je me rende compte de que je l’ai amenée plein à craquer… de sable, de piqûres, mais aussi de sourires, d’un million de baiser, de nouvelles émotions, de caresses, des rires et éclats de rire, des amis, des regards, milles histoires à raconter, des chants, nouvelles saveurs et un million de photos !!:)

Je me rappellerai toujours de ces jours-là que je suis amoureuse, d’un projet et de sa famille… ASANTE SANA AFRIKABLE !!"

 


 

testimonio-paqui-cabezaPAQUI CABEZA. Vacancière Juillet 2015.

"Pour moi c’était une des meilleures expériences de ma vie. Tu reçois plus de ce que tu donnes. Ce que j’avais entendu avant, j’ai pu le vérifier à Lamu. L’île est une petite partie du paradis, mais non seulement parce que on rencontre des plages merveilleuses et une culture très intéressante, que ce tu as ; sinon, pour le côté humain de ces gens qui aboutit à ton âme. Je crois que c’est un bon endroit d’où tu viennes avec une force en tous les sens pour la quantité d’affection, de joie et amour que tu reçois des femmes et des enfants du projet, mais aussi de toutes les personnes de Lamu.

J’ai appris que notre société a perdu beaucoup en spontanéité, en adaptation au changement, en relativiser les problèmes… que, en définitive nous faisons trop d’arrangement. Peut-être nous devons regarder l’Afrique pour récupérer certains valeurs… Et, bien sûr, que la philosophie « hakuna matata » me dure un petit peu."

 


 

testimonio-lucia-barrachinaLUCÍA BARRACHINA. Vacancière Juillet 2015.

"Je suis arrivé sans aucun type d’expectative et étant la première fois que je mettais mes pieds en Afrique. Les gens de Lamu m’ont semblé charmants et le travail que fait Afrikable dans l’île a une grande valeur pour les femmes intégrantes du projet, jusqu’au point de que dans quelques occasions ça arrive à changer leurs vies et celles de leurs enfants : en les offrant de la sécurité et des ressources économiques pour abandonner leurs maris qui ne les traitent pas bien ou en empêchant que leurs filles adolescents se marient à cause de la manque de ressources pour les maintenir.

Personnellement c´était une expérience très gratifiante et je repars avec moi les sourires et joies que transmettaient les enfants et les habitants de Lamu en général."

 


 

testimonio-alvaro-estevezÁLVARO ESTÉVEZ. Vacancier Juillet 2015.

"Ça fait quelques jours que ma mère demandais si quelque chose me manquait et après lui dire que oui, « un chuletón », en me laissant réfléchir un peu de temps… et sauf parler avec ma famille, quelques amis et savoir qu’ils sont bien, réellement rien ne me manque pas, et c’est qu’en Afrikable je me sens comme à la maison, « feel free like a shark on the sea » comme on dit par ici.

Quand je parle d’Afrikable je parle de la grande famille dont j’ai le plaisir d’appartenir à Lamu. Où les grands protagonistes sont des femmes, elles sont toutes admirables, quelles vies!! Bien qu’on les a fait un grand compétiteur « le papa John ». La relation avec elles est très spéciale et difficile à accepter, son point fort n’est pas l’anglais et beaucoup moins le mien est le souahili, mais pour de la magie tu t’entends avec elles, vous vous comprenez. Et sinon hakuna matata mon ami, il y a toujours derrière un sourire de complicité qui te remplit l’esprit, de fois au lieu de sourire il y a des éclats de rire, si fortes que l’air leur manque et si contagieux que toi-même tu commences à rire sans savoir de quoi, ça me plaît beaucoup !.

Autre chose qui me passionne sont les petits, ma fragilité, je peux vous assurer que dans la vie je ne me suis senti tant aimé, je ne sais pas comment expliquer avec des mots la sensation qui te remplit le corps quand 2 ou 3 bouts-de-chou te prennent sur le chemin à la samba et ils ne te laissent jusqu’à tu rentres en classe ou quand on te monte sur le dos et tu ne peux pas t’échapper, ou mieux encore, quand tu vois ses visages de bonheur et tu écoutes ses rires qui retombent dans ta têtes à toutes heures. J’ai à parler de Houseini, un des plus petits, tous les matins avec les yeux demi-fermés, il étire ses petits bras pour que tu le prennes et alors tu peux seulement espérer que le jour de demain vienne.

Les camarades de voyage sont géniales, comme les filles, lesquelles je crois qu’elles méritent une mention spéciale, sa forme d’être, d’entendre aux femmes et le projet et surtout sa manière de nous nous le transmettre, c’est incroyable, elles le font avec chaque petit coin du village et de ses gens. Les gens qui te prennent avec les bras ouverts et n’arrêtent pas de te donner la bienvenue, malgré qu’ils te voient tous les jours, c’est égal, ils ne se fatiguent pas ! Pour ne pas parler des plus petits et leurs milliards de jambo… jambo jambo jambo jambo ! Et ce choque de main tant spécial avec baiser si tu as de la chance.

Tout est tant seul une petite partie de tout ce que tu vois, sens et vis ici, il est un authentique cadeau te réveiller chaque jour et pouvoir apprendre, apprendre à vivre, à être personne… en définitive à grandir.

Pour dire au-revoir seulement je peux dire que je suis très, très heureux et que l’unique chose qui m’angoisse est de savoir que dans peu de temps je devrai dire au-revoir à tout ça…nous nous reverrons bientôt."

 


 

testimonio-julio-hernanJULIO HERNAN. Vacancier 2013.

"Je m’appelle Julio. Ça fait trois ans que j’ai fait un pas d’être vacancier solidaire en Afrikable et accomplir un de mes rêves que c’était connaître l’Afrique. Tout est commencé quand ma maman a acheté un bracelet masaï en un petit marché solidaire que faisait une ONG. Recherchant sur l’internet j’ai connu le projet et sans le penser deux fois j’ai appelé pour réserver. Au début il y a eu beaucoup de nervosité et doute mais une fois que tu te retrouves en l’île de Lamu (Kenya) tout dévient plus facile. Les femmes, les enfants et le village tout entier t’accueillent avec les bras ouverts.

Lors des mois que j’ai aidé le projet, j’ai eu la possibilité de participer à des différentes activités du projet. Quand tu travailles avec les femmes tu apprends beaucoup d’elles. Tu te rends compte de la force et l’envie qu’elles ont pour faire sortir ses familles de l’avant. Dans beaucoup de fois vous ne partagez pas la même langue mais la connexion qu’on tient avec elles fait possible travailler ensemble.

Etre avec les enfants est très gratifiant ils te reçoivent toujours avec des sourires et les bras ouverts. Même dans tes pires journées ils font sortir ton meilleur coté. En les voyant quotidiennement tu te rends compte que pur être heureux tu n’as pas besoin d’une grande luxe.

Ce que j’aime de plus de Lamu est qu’elle a une influence de beaucoup de cultures et de la cohabitation de différentes ethnies. Cela fait que l’île a une grande richesse et te donne la possibilité de t’introduire et apprendre de chacune de ses religions.

Chaque fois que je reviens de Lamu je me sens une personne différente pour tous les valeurs que j’apprends. Je considère que j’ai une famille là-bas et tous les jours je me pose la question comment feront les femmes là-bas, les gens du village et comment les enfants vont évoluer. Cette expérience a changé ma vie complètement, j’ai connu des gens merveilleux tant de personnes locales comme des vacanciers et touristes. Aussi j’ai gardé des grands amis que jamais je n’oublierai.

Courage à n’importe quelle personne qui s’unit au projet de vacances solidaires, jamais l’on n’oubliera.

Je vous embrasse. Julio"

 


 

testimonio-pilar-gomezPILAR GÓMEZ. Vacancière 2010. « Chercheuse postdoctorante ».

« Je me rappelle souvent du temps que mon ami Juancar et moi avons passé à Lamu. Ça a été une expérience incroyablement enrichissante que je recommande sans aucun doute à tous ceux qui me connaissent.

Impossible d'oublier les femmes du projet, leurs enfants, leurs histoires... j'ai tellement de souvenirs ! Khadija et Lizian qui apprennent à faire des calculs avec Excel, Amina qui reste sans manger pour s'entrainer à la machine à coudre, Mahmoud qui dévore son biberon... je me rappelle tout spécialement le soir où Mwanaisha nous a invités à boire un thé chez elle. Elle nous a raconté comment sa vie avait changé depuis son arrivée à Afrikable. En partant d'ici je crois qu'on avait tous les larmes aux yeux.

Lola, Merche et toute l'équipe d'Afrikable font un travail fabuleux ! Je suis sûre que ça ira en s'amplifiant.»

 


 

testimonio-ruben-floresRUBEN FLORES: Vacancier 2012. Conducteur d'autobus et Formateur.

« Tellement de sourires que je ne peux pas les compter... De grands moments... et il faut voir combien on peut être heureux, en satisfaisant simplement quelques besoins nécessaires. J'en garde un souvenir inoubliable, des vacances qui m'ont inspiré beaucoup de tendresse, et je repars avec une sensation très gratifiante.

Ça a été une expérience totalement enrichissante qui permet à coup sûr de créer un lien entre le lieu, les gens et les personnes. Un voyage inoubliable, grâce au lieu en lui-même, mais surtout grâce à ce qu'on y vit. Je suis très satisfait et enchanté d'avoir eu l'opportunité de connaître de près le projet d'Afrikable et d'y avoir participé.

J'en garde un super souvenir et la sensation d'avoir appris beaucoup de choses, en particulier avec les enfants de la petite école de la shamba et toute leur tendresse envers moi. Merci beaucoup!! »

 


 

testimonio-carmen-cobaledaCARMEN COBALEDA: Vacancière 2011. European CLM Marketing Manager.

« J'ai eu l'opportunité de participer, dans le domaine du développement de l'enfant, en aidant l'enseignante d'une des écoles.

Connaître ces enfants a été merveilleux : ils sourient toujours, malgré leurs conditions de vie difficiles. Voir leur énorme évolution en leur accordant ne serait-ce qu'un peu d'attention, de tendresse et de renforcement positif... et en plus de ce que j'ai appris et de ce que ces enfants m'ont donné surpasse largement ce que j'ai pu leur apprendre !!... Une des meilleures expériences de ma vie !!!

J'emporte avec moi l'impressionnant amour dont ils m'ont tous fait cadeau, et la joie de continuer à collaborer avec Afrikable depuis l'Espagne, pour faire avancer ce merveilleux projet, pour pouvoir offrir un accueil à beaucoup de femmes et d'enfants.

Il reste encore beaucoup à faire, que vous ayez déjà participé à d'autres expériences de bénévolat ou que ce soit la première fois, je vous encourage tous à tenter l'expérience "Afrikable"... elle ne vous laissera pas indifférents, c'est certain !!! »

 


 

testimonio-manuel-silvestre

MANUEL SILVESTRE: Vacancier 2012. Conseiller Financier et Entrepreneur Social.

« Afrikable, c'est le groupe de personnes qui forment ce projet... et de ce point de vue, Afrikable, c'est bénéfique, naturel, joyeux, sensé, accueillant... eh bien, Lola, Merche, Raquel, Cris, Mr. Big, Khadija, Grace, Joyce, Dorkas, et les gosses (je me rappelle tout particulièrement de Rahima, une gamine vraiment adorable), ils sont gentils, naturels, joyeux, sensés, accueillants...

Afrikable a beaucoup à offrir à ceux qui désirent apprendre, parce qu'étant donné que ce n'est pas une organisation de grande taille, on peut savoir tout ce qui s'y passe, les problèmes rencontrés, comment les décisions sont prises, les limites auxquelles on fait face... avoir pu suivre de près la gestion mise en œuvre par Merche et Lola m'a été utile pour apprendre beaucoup de choses, et je leur suis très reconnaissant à toutes les deux d'avoir partagé jour après jour leur quotidien avec nous tous.

Dans le monde de la coopération, c'est courant de dire que la personne qui apporte son aide repart avec beaucoup plus que ce qu'elle donne, et dans mon cas, le déséquilibre est presque grossier. J'emporte avec moi beaucoup, beaucoup de chacun, alors... mille merci à vous tous et à vous toutes !!! »

 


 

testimonio-andres-garciaANDRES GARCIA: Vacancier 2010. Ingénieur électronique.

« Les trois semaines de vacances solidaires que j'ai passé avec Afrikable dans l'île de Lamu ont été impressionnantes.

L'arrivée en bateau sur l'île avec le quai plein de gens qui attendent, les parties de football avec les enfants de l'école d'Afrikable pendant les récréations, les ruelles étroites de la vielle ville de Lamu, les femmes de la shamba qui fabriquent des petits paniers à partir de sacs en plastique, assises à l'ombre d'une toile, entourées de sable et de quelques palmiers, les promenades dans le silence de la nuit le long du front de mer, la joie des enfants sur la plage qui se baignent, les jus de coco et les calamars d'Osman, les pêcheurs dans leurs barques, les bonhommes en pâte à modeler et les avions en papier que faisaient les enfants de l'école, les courses jusqu'aux dunes de la plage déserte de Shela, le crépuscule et l'aube sur l'île de Mandatoto, les conversations avec "papa" avant de dormir...

Toutes ces expériences, elles sont restées gravées en moi et m'ont fait revenir à Lamu un an plus tard, et comme on dit jamais deux sans trois, je sais que je reviendrai ! »

 


 

testimonio-maitane-perezMAITANE PEREZ: Vacacionera 2012. Marketing et Protocole.

« Je suis arrivée avec tous les excès, l'empressement, les préjugés et les stéréotypes que ma société a imprimé en moi, celle qui m'a donné tant de choses, mais que je vois maintenant comme ayant des manques dans beaucoup d'autres aspects. Cependant, je suis partie d'Afrique mon sac dos à l'épaule, plein de choses les plus essentielles, en grande partie intangibles.

À Lamu, vous ne pouvez jamais savoir quelle expérience t'attend au prochain tournant. Des expériences pas faciles à entendre, racontées à la première personne par ceux qui ont vécu chacune de ces histoires, qui te forcent à relativiser les problèmes occidentaux. La force de caractère avec laquelle ces gens racontent ces histoires, c'est comme une claque qui te dis "réveille-toi ! ", il y a une réalité parallèle à celle que toi tu vis !

Merci à tous les membres d'Afrikable, qui ont permis que je me sente plus vivante que jamais, et que je puisse avoir la possibilité d'offrir le meilleur de moi-même à des enfants et à des femmes merveilleux. »

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

À PROPOS D'AFRIKABLE

Afrikable est une organisation à but non lucratif, inscrite au registre national des associations (numéro 1/1/594088) et au registre des organisations non gouvernementales de développement de l’Agence espagnole de coopération internationale au développement (AECID) (numéro 2033).

 

Au Kenya notre association s’appelle Afrika Able Organization et est inscrite au NGO Coordination Board du Kenya (numéro 10976).

OÙ SOMMES-NOUS

  • Lamu, Kenya.
    Madrid, Espagne
  • +34 605 722 162

SUIVEZ-NOUS SUR